Parmi l’immense variété des champignons, seulement une quinzaine ont fait l’objet de publications scientifiques. Ces études montrent leur efficacité dans de nombreuses pathologies telles que le cancer, les gastrites, les ulcères gastriques, les troubles métaboliques (dont le diabète), les maladies virales, parasitaires, certaines maladies bactériennes, les candidoses, mais aussi les troubles de la libido, les caries et maladies parodontales et certains troubles psychiques. Les molécules les plus caractéristiques des champignons sont les α glucanes et des β glucanes.Elles ont une action spécifique sur la restauration des membranes cellulaires.

Sous l’action du vieillissement et des nombreuses substances produites par la chimie de synthèse utilisées en pharmacie ou en dans l’agriculture intensive (pesticides, herbicides), les membranes se détériorent.

Cette altération entraîne de nombreuses pathologies, par exemple si les membranes de cellules muqueuses de l’intestin grêle sont altérées, ce qui provoque des troubles de la perméabilité intestinale (leaky gut), c’est la porte ouverte à des pullulations microbiennes intestinales (dysbiose) et au passage de substances toxiques de l’intestin vers le sang à l’origine de nombreuses pathologies dont les maladies auto-immunes et le cancer.