Trois techniques pour soigner

Tuina

Réunissant une trentaine de techniques de mobilisation manuelle différentes, le tuina fait partie des thérapies par traitement externe de la médecine chinoise. Sa pratique et son mécanisme sont différents de l’acupuncture mais ses méthodes thérapeutiques reposent sur la même théorie fondamentale. L’effet du traitement est déterminé par le choix des bonnes techniques associé aux caractéristiques des régions ou des points traités.

Certains protocoles ont une orientation « bien-être » et sont composés d’une série de techniques visant à harmoniser l’énergie, à calmer l’esprit, à réduire l’agitation, la colère ou l’anxiété chronique.

Des soins de tuina sont proposés pour les maux suivants :

Torticolis, arthrose cervicale, épaule gelée, épicondylite, épitrochléite, syndrome du canal carpien, lumbago, surmenage des tissus mous, syndrome de l’apophyse transversale de la 3ème vertèbre lombaire, maux de dos, syndrome du muscle pyramidal du bassin, lésion traumatique de l’articulation du genou, lésion traumatique des ligaments latéraux de l’articulation du genou, spasme des muscles jumeaux, entorse, épine calcanéenne, jambes lourdes, céphalées, insomnies, dysménorrhées, constipation, diarrhées.

Acupuncture

L’acupuncture repose sur l’existence de la circulation dans le corps d’une énergie appelée Qi et sur la localisation de plus de 300 points repérés sur le corps. Reliés par des voies de circulation énergétique appelées méridiens, ces points constituent un maillage extrêmement dense. Face à un vide, une stagnation ou un trop plein d’énergie, les aiguilles insérées prennent contact avec le Qi et favorisent le rétablissement du déséquilibre énergétique diagnostiqué.

Ci-dessous une liste non-exhaustive des pathologies traitées de maladies et troubles qui peuvent être traités avec l’acupuncture :

Acouphène et surdité, acné, amaigrissement, aphtes, bouffées de chaleur, constipation, dépression, diabète, diarrhée, douleurs des hypocondres, douleurs abdominales, dysuries, eczéma, œdèmes, épistaxis, fibromyalgie, glossites, hémorroïdes, hernies, hépatites, herpès, hypertension artérielle, ictère, impuissance masculine, leucorrhées, maux de gorge, ménopause, malaises épigastriques, nausées et vomissements, obésité, odontalgie, palpitations cardiaques, paralysie faciale, polynévrite, prolapsus rectal, prurit génital, psoriasis, remontée gastrique, rhumatisme, rhume des foins, rhinite allergique, spasmes musculaires, syndrome des jambes sans repos, sinusite, spermatorrhée, addictions au tabac, ténesme, toux, troubles des règles, ulcère de la jambe, urticaire, varices, vertige, zona.

Moxibustion

La moxibustion consiste à stimuler par la chaleur des points d’acupuncture ou une zone du corps. Cette chaleur provient de la combustion de l’armoise, une plante vivace commune de la famille des Astéracées, conditionnée sous la forme de poudre ou de bâtons. L’armoise en combustion produit une chaleur qui pénètre profondément dans les muscles et les organes là où d’autres produits provoqueraient une douleur insupportable en raison d’une chaleur trop élevée.

La moxibustion constitue un soin unique et/ou elle complète un soin d’acupuncture ou de tuina.

Son action réchauffante est utilisée dans le cadre de pathologies dues au froid interne ou externe : angine suite à un coup de froid, hypotension artérielle, leucorrhées par froid, rhume, toux …et /ou des pathologies où le sang circule mal à cause du froid : mauvaise digestion, mauvaise circulation, douleurs articulaires du genou, de la cheville, lumbago … .

Depuis toujours les chinois utilisent la moxibustion pour traiter les tumeurs et les infections bactériennes.