La diététique chinoise est l’un des cinq piliers de la médecine traditionnelle chinoise. L’alimentation n’est pas interrogée en second plan, elle est abordée dès le premier rendez-vous car elle est la base principale de notre énergie acquise.

En médecine chinoise, le fait de manger correctement et d’adapter son alimentation à son terrain et au cycle des saisons prévient les déséquilibres énergétiques. Être en phase avec son terrain, c’est avoir une alimentation à l’effet thermique tiède ou chaud quand on est frileux ou d’éviter de manger des aliments qui produisent de la chaleur quand on a plutôt tendance à avoir chaud.

Cinq saveurs sont aussi distinguées : acide, amer, doux, piquant et salé, chacune reliée à un organe et un mouvement particulier.
Prenons l’exemple du printemps (5 février au 26 avril) dominé par l’élément « Bois », le Foie et la vésicule biliaire et la saveur acide. On favorisera durant cette période de consommer des légumes comme les tomates, la choucroute, les germes de soja, des fruits comme les groseilles, la rhubarbe, les mûres, les olives vertes, de la viande comme le poulet et le canard … . Toujours avec modération car consommés en excès, ils lèsent le foie.